Dimanche 17 novembre 2019 – 16h 

 

Théâtre, Musique, Poésie

autour de Théodore de Bèze
(1519 - 1605)

avec

l'Ensemble vocal LES AFFINITÉS ÉLECTIVES

Direction, Pascal HELLOT

Orgue, François MÉNISSIER

Lectures, Alain BÉZU, Lucie DURAND, Mathéo DULONG

Présentation, Frank LESTRINGANT

 

Programme

- Psaumes 34 et 102, texte de Théodore de Bèze, mélodie du Psautier huguenot, introduction instrumentale de Samuel Mareschal jouée à l’orgue, polyphonies vocales de Claude Goudimel et Claude Le Jeune.
- « Séché de douleurs », chanson spirituelle en neuf parties, à 4, 3, 5 et 7 voix, sur un poème de Théodore de Bèze, musique de Jean Servin.
- Interlude à l’orgue.
- « Abraham sacrifiant », tragédie en vers de Théodore de Bèze, lecture de la scène finale (Abraham, Satan, Isaac, l’Ange) et de l’Épilogue. 
- Psaumes 30 et 47, orgue, chant polyphonique ; participation des auditeurs dans le Psaume 47.

 

Samedi 16 novembre 2019 – 16h

À propos de Théodore de Bèze

Conférence de Frank Lestringant, professeur honoraire de littérature française de la Renaissance à l’Université de Paris-Sorbonne

Maison paroissiale de l’Église Protestante Unie de Rouen
45 rue de Buffon, Rouen. Entrée libre

 

Théâtre, Musique, Poésie

L’Association des Amis de l’Orgue du Temple Saint-Éloi propose, pour clore sa saison musicale en beauté, un évènement hors norme. Théâtre, Musique et Poésie y sont convoqués autour d’une personnalité méconnue mais de grande envergure, celle de Théodore de Bèze, dont nous fêtons cette année le cinq-centième anniversaire.
Ce gentilhomme français, lettré et bien en cour, mais sensible aux idées de la Réforme, renonce aux agréments de sa situation pour devenir proche collaborateur puis successeur du réformateur Jean Calvin à Genève. 

Poésie - Clément Marot, à qui Calvin avait demandé de donner aux Psaumes une forme versifiée permettant aux assemblées de les chanter pendant le culte, décède alors qu’il n’en avait réalisé que 49, sur les 150 du recueil biblique. C’est Théodore de Bèze qui est alors chargé d’achever cette œuvre emblématique de la spiritualité réformée.

Musique - De très nombreux compositeurs, protestants ou non, illustres comme Claude Goudimel ou Claude Le Jeune, ou plus modestes, s’emparent du riche matériau mélodique fourni par le Psautier pour élaborer un immense répertoire polyphonique. A côté des Psaumes, de nombreuses « chansons spirituelles » d’inspiration réformée voient le jour. Le très beau et long poème en partie autobiographique de Théodore de Bèze : « Séché de douleur » sert de support à l’une d’elles, à laquelle un compositeur génial et méconnu, Jean Servin, a donné une magnifique forme musicale.

Théâtre - Les historiens de la littérature française s’accordent pour reconnaître comme première tragédie versifiée en français « Abraham sacrifiant », dont l’auteur se trouve être encore Théodore de Bèze.

Immersion dans le XVIème siècle ?

Le programme répondra certes à cette proposition par la diversité des disciplines artistiques mises en jeu, mais aussi par l’évocation d’un siècle marqué en France par les divisions et les violences qui ont accompagné la Réforme.

Bèze lui-même, étant accusé d’avoir opté pour « l’hérésie luthérienne », d’avoir vendu ses bénéfices et de s’être exilé à Genève,
- le 31 mars 1550, le Parlement de Paris prononce la confiscation de la totalité de ses biens et sa condamnation à mort.
- 1562 : Publication du Psautier huguenot et premier épisode des guerres de religion.
- 1572 : Massacres de la Saint-Barthélémy, dont le compositeur Claude Goudimel est une des victimes à Lyon.
- 1578 : Publication dans la même ville de Lyon de deux importants recueils de chansons spirituelles de Jean Servin, qui outre la chanson « Séché de douleurs » contient également une « Épitaphe de Goudimel » et de très nombreuses pièces témoignant sans équivoque de l’engagement du compositeur en faveur de la Réforme. La diffusion de son œuvre, incontestablement de très haute qualité, semble avoir particulièrement souffert des vicissitudes propres à l’époque de sa création.

Frank Lestringant, professeur honoraire de littérature française de la Renaissance à l’Université de Paris-Sorbonne, aidera les auditeurs à entrer dans cette époque et à découvrir les différents aspects de la riche personnalité de Théodore de Bèze, aussi bien lors de sa conférence du samedi 16 novembre que par ses commentaires au cours de l’évènement du dimanche 17 novembre.

Durée du spectacle : 1h20

Entrée : 10 € / 6 € (adhérents, demandeurs d'emploi, étudiants)
Réservations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / 06.14.19.59.69

 

LES AFFINITÉS

ÉLECTIVES

« Imaginez entre A et B une union si intime que de nombreuses tentatives et maintes violences ne réussissent pas à les séparer ; imaginez C pareillement lié à D ; mettez les deux couples en présence : A se portera vers D, C vers B, sans qu’on puisse dire qui a quitté l’autre le premier, qui s’est uni à l’autre le premier. »  Goethe, Les Affinités Électives

Les Affinités Électives, ce sont 16 chanteurs Haut-Normands rassemblés autour de Pascal Hellot et réunis dans un ensemble vocal à géométrie variable pour faire exister un répertoire mis en valeur par un savoir faire et des talents professionnels et le partager avec tous les publics. En droite ligne de l’oeuvre de Goethe, l’enjeu de l’ensemble est de créer cette alchimie subtile, ô combien importante, entre chanteurs et auditeurs, par le choix d’un répertoire éclectique et varié. De la musique médiévale à la musique contemporaine, savante et traditionnelle, le sens du texte, son exploitation musicale sont primordiaux et mis en valeur par un travail méticuleux du choeur sur son interprétation et sa spatialisation.

Tels AD et CB, de nouveaux éléments musicaux se forment. La compréhension laisse place à la musique…

 

Pascal HELLOT

Né en Normandie, Pascal Hellot obtient le CAPES d’éducation musicale et chant choral à la Faculté des Lettres de Rouen. C’est dans ce cadre qu’il reçoit l’enseignement de Jacques Feuillie (professeur d’analyse, composition et direction de choeur). Parallèlement à une activité d’enseignement, il crée et dirige l’Ensemble Proscenium de 1986 à 2006. Professeur de chant choral au Conservatoire de Rouen depuis 2000, il y créé la Maîtrise en 2001, l’Ensemble Vocal en 2005 et le Jeune Choeur en 2010. Avec ces chœurs, il travaille en collaboration avec le Théâtres des Arts de Rouen, les Hivernales des Cuivres, les Musicales d’Eté de Normandie, l’Abbaye Saint Martin de Boscherville et a participé à la création d’oeuvres de Laurent Dehors, Jacques Petit et Antoine Berland.  

 

François MÉNISSIER

François Ménissier est professeur d’orgue au Conservatoire de Rouen, organiste titulaire du grand orgue Clicquot de l’église Saint-Nicolas-des-Champs à Paris et organiste au Temple Saint-Éloi de Rouen.

François Ménissier a reçu l’enseignement de Françoise Billiot, Bernard Lagacé, Norbert Pétry, André Stricker et Louis Thiry, et pour le clavecin celui de Martha Cook et d’Aline Zylberajch. Il s’est également perfectionné auprès de Michel Chapuis, André Isoir et Harald Vogel dans le cadre de classes de maîtres. Diplômé des conservatoires de Strasbourg et de Rouen puis lauréat du Concours International J. S. Bach de Toulouse, il a été titulaire du grand orgue Silbermann de l’église Saint-Thomas de Strasbourg de 1989 à 2003. 

Il se produit en soliste ou comme partenaire, notamment, de la Psalette de Lorraine, la Maîtrise de Haute-Bretagne, Jacques Bona (basse), Claude Brendel et les orchestres du CRR de Rouen, Volny Hostiou (serpent), Luc Marchal (hautbois baroque), Françoise Masset (soprano), Guy Messler (trompette), Thibaud Robinne (trompette naturelle), l’ensemble A Sei Voci, l’Ensemble Gilles Binchois et Dominique Vellard, le Chœur de Chambre de Namur, l’ensemble Les Meslanges et Thomas Van Essen. 

François Ménissier a enregistré pour le disque (Bach, Bœhm, Boëly, Brahms, Mendelssohn, Rheinberger, Titelouze) et pour la radio : Radio France / France Musique, Radio Südwestfunk (D), K.-Radio-Omrœp-Hilversum (NL), la Radio Nationale Finlandaise, et la Radio Télévision Belge Francophone.

Il est chargé de mission pour les orgues de la Ville de Rouen, conservateur de l’orgue Renaissance de Mont-Saint-Aignan, membre de la Commission nationale du patrimoine et de l’architecture du Ministère de la Culture depuis 1998. Il préside l’Association Aristide Cavaillé-Coll depuis 2017.

 

Alain BÉZU, Lucie DURAND, Mathéo DULONG

Fondateur du théâtre des Deux Rives, directeur du Centre dramatique régional de Haute-Normandie de 1985 à 2007, Alain Bézu a mis en scène plus de 30 pièces dont L’Illusion Comique, Mélite, La Place Royale, La Galerie du Palais de Corneille, « 14-18 » d’après Henri Barbusse, Vincent et l’Amie des Personnalités de Robert Musil, La Nuit Même, L’Eveil des Ténèbres, L’Enfance de Mickey, Sous l’écran silencieux de Joseph Danan, Le Fils Naturel de Diderot, Britannicus de Racine, La Nuit des Rois de Shakespeare, Grand Jacques dédié à Jacques Brel, Entre chien et loup et Le Petit à la mère de Daniel Lemahieu, Quand nous nous réveillons d’entre les morts d’Henrik Ibsen...

En 2018, Alain Bézu a mis en scène La Place Royale de Pierre Corneille, jouée à dix reprises au temple Saint-Eloi par des élèves de seconde de lycées de l’agglomération rouennaise dans le cadre d’un projet pédagogique, "Passion Corneille", initié par l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Rouen. Parmi ces jeunes comédiens, Lucie Durand et Mathéo Dulong.

 

Frank LESTRINGANT

Né à Rouen en 1951 dans une famille de libraires, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, Frank Lestringant est professeur honoraire de littérature française de la Renaissance à l'université de Paris-Sorbonne. Il a publié de nombreux ouvrages sur les Grandes Découvertes et les guerres de Religion. Il est également l'auteur de la Grande Biographie d'Alfred de Musset (Flammarion).

 

0
0
0
s2smodern